Cessons de les regarder: stop à la médiatisation des politiques

shockingLe show médiatique actuel est des plus pathétiques. Il est fort à parier que les audiences des médias qui ne traitent pas d’actualité est en hausse. Si ce n’est pas encore le cas, ça devrait l’être.

Quel épuisement de suivre une vie politique française devenue redondante et peu passionnante. Quel ennui d’entendre tous les matins les mêmes litanies sur les faits de corruption et autres abus des uns et des autres. L’accès permanent à l’information la rend inaudible et fatigante, désespérante et désespéramment uniforme.
Je ne crois pas qu’il vaille le coup de s’émouvoir des privilèges supposés accordés par M. Ferrand à son épouse. Pas plus que de savoir si un eurodéputé à le droit de travailler également au sein de son parti. Est-ce que ceux qui jettent la pierre sont parfaitement irréprochable ? N’est-ce pas un vice bien humain et bien français d’essayer de tirer le plus possible de ce qu’on peut ?

Alors cessons de faire croire que c’est intéressant. Laissons les Mutuelles de Bretagne et de Navarre regarder leurs comptes internes, et essayons de parler de vrais sujets.

Je ne sais pas ce qui pourrait intéresser et pousser la réflexion médiatique…je ne sais vraiment pas. On dirait que les sujets manquent. Mais peut être pourrait-on parler de, par exemple, comment les décisions qui seront prises les prochaines années vont impacter les ressources naturelles ? Ou faut-il s’émouvoir d’un système économique qui trouve normal de financer par des fonds internationaux, types Banque Mondiale, l’envoi de frigos au Kenya pour pouvoir y exporter des pizzas surgelées allemandes produites en France ? Ou encore quels sont les pistes pour lutter contre les inégalités sociales, poison de notre siècle (voire de nos siècles) ?

Je ne doute pas que bientôt, les médias reprendront leur rôle d’agitateurs d’idées. Mais pour le moment, depuis maintenant plus d’un an, on regarde s’agiter de pauvres candidats, de pauvres politiciens, qui n’ont pas appris à se frayer un chemin malgré les réseaux sociaux, au milieu des révélations à répétition. On ne leur laisse même plus le temps d’exprimer des idées, sur des sujets bien plus réels que leur petit nombril. Mais quel ennui !

Et peut-être qu’en arrêtant massivement de les regarder, ils arrêteront de s’occuper de leur image publique pour se concentrer sur des vrais problèmes.

Pour ma part, je suis bien content d’avoir retrouvé les chaines de radio qui ne passent que de la musique, sans pub et sans spots infos.  C’est redevenu bien de se réveiller le matin.

Maxime G.